Dernières infos
Image

  • Photo: De lugubres individus parés de tenues militai
  • Par: La Rédaction
  • 19 mars 2018 à 23h07
  • (2186)

Côte d'Ivoire - De faux militaires armés de kalachnikovs sèment la terreur à Anyama

Côte d'Ivoire - De faux militaires armés de kalachnikovs sèment la terreur à Anyama | Echo Web Afrique

De lugubres individus parés de tenues militaires et circulant à bord d’un taxi compteur sévissent dans la commune d’Anyama. C’est l’information que rapporte l’infodrome.

Des bandits armés de kalachnikov, procèdent par l’enlèvement de leurs victimes avant de les déposséder de leurs biens.

C’est ce calvaire qu’a vécu le mardi 16 mars, Lacina T dit Lasso, couturier dans un quartier de la commune de la cola. Après avoir été enlevé, le malheureux à été copieusement battu par ses ravisseurs avant d’être dépossédé de la somme de 150 000 fcfa. Ses bourreaux après leur sale besogne, l’on abandonné sur l’autoroute d'Agboville.

La veille, Guy Roland,  un gérant de maquis a également fait les frais des mauvais agissements de la bande de faux militaires. En début d’après-midi du mercredi 15 mars, le tenancier de maquis reçoit la visite de deux ‘’militaires’’ armés de Kalachnikov qui lui intime l’ordre de les suivre. « C’est la Cie (compagnie ivoirienne d’électricité),  nous avons été informés du fait que vous volez le courant » annoncent-ils. Devant son refus d’obtempérer, les faux soldats vont se faire plus menaçant vu que leurs armes sont bien visibles.

Ne se reprochant rien, le tenancier de maquis décide de les suivre à la (cie) située au quartier Schneider, pour prouver son innocence.

Cependant, des que le taxi démarre, ‘’Guyzo’’ va se rendre compte qu’il a affaire à des gangsters. En effet, le chauffeur va demander  à l’un des passagers la direction à prendre. Celui-ci, au grand étonnement de Gyuzo va répondre : prison civile. Cette direction n’étant pas la bonne, le gérant va aussitôt demander à descendre. Non ! lui rétorque l’un d’eux.
Mais un concours de circonstance va tirer Guyzo des griffes de ses agresseurs. Le conducteur du taxi, contraint de marquer un arrêt à un feu tricolore va permettre à Guyzo de donner de la voix.

Forçant la portière du taxi il réussi à descendre et à alerter les passants par des cris stridents. L’un des militaires va descendre du véhicule et menacer d’abattre le pauvre tenancier après avoir charger son arme. Cela ne va pas suffire à faire capituler l’otage, galvanisé par la présence des badauds.  Sentant la foule grossir autour d’eux, les militaires vont s’engouffrer dans le taxi qui va démarrer en trombe. 

La présence de ces bandits sera également signalée dans un autre maquis de la commune du maire Amidou Sylla.

La police et le gendarmerie, alertés ont ouverts une enquête pour mettre hors d’état de nuire ces bandits d’un autre genre.

VOUS AIMEREZ AUSSI


Commentaires