Dernières infos
Image

Côte d'Ivoire: Un maire poursuivi pour 230 millions FCFA

Côte d'Ivoire: Un maire poursuivi pour 230 millions FCFA | Echo Web Afrique

Kouakou Tanoh, le maire de la ville d’Arrah est recherché par la police économique pour le paiement de la somme de 230 millions Fcfa à la famille Branger, selon une plainte déposée contre lui.

«Monsieur Kouakou Tanoh, domicilié à Arrah, vous êtes prié de vous présenter à la Direction de la police économique et financière sise au (…..) le vendredi 2 mars 2018 à 9 heures 00», mentionne la énième convocation adressée au maire de la ville d’Arrah depuis le vendredi 23 février 2018 par la sous-direction des enquêtes financière de la police économique de Côte d’Ivoire suite à une plainte de Monsieur Alain Branger (Fac-similé 1). L’homme d’affaire ivoiro-français accuse le maire d’avoir abusé de sa confiance sur la somme de230 millions de FCfa.

L’histoire commence en 2011, selon le fils d’Alain, Ludovic Branger, à qui le père malade a donné procuration pour agir en son nom. Kouakou Tanoh, alors ex-employé de la société Sipa, avait , après 10 années de service au sein de l’entreprise, décidé monter son propre business, PENIEL MOTORCYCLE SERVICE. Il approche à cet effet le père Alain Branger pour lui proposer de financer l’achat de plusieurs motos pour le compte de PENIEL MOTORCYCLE SERVICE à hauteur de 200 millions de FCfa. Il promet qu’après vente, il rembourserait ladite somme avec un bénéfice de 15%, soit 30 000 000 de Fcfa pour le financier de l’opération, Alain Branger. L’article 6 du protocole d’accord signé entre les deux hommes mentionne clairement que «le paiement des 230 millions Fcfa sera  fait un mois après la livraison des motos, soit fin mars 2012». Confiant, le père Branger engage l’argent. Il verse les 200 millions Fcfa selon échéancier qui a débuté le 25 novembre 2011 et qui s’est achevé le 29 février 2012. Dès la fin du mois de mars 2012, Monsieur Kouakou Tanoh devait lui reverser la somme de 230millions Fcfa. Hélas, ce fût le début d’un bal, dont seul l’actuel maire  de la ville d’Arrah (200kilomètres au sud-est d’Abidjan) a le secret.

En 6 ans, pas un seul kopeck n’a été versé par le mis en cause. L’homme d’affaires ivoiro-français décide en décembre 2017 de porter plainte contre Monsieur Kouakou Tanoh devant les juridictions compétentes ivoiriennes. Dès la première convocation le 26 janvier 2018, le maire reconnaît la dette et promet de payer. Mais, il ne s’exécute pas. Mieux, il disparaît des écrans radars.  Une deuxième convocation lui est adressée par la police économique pour le 02 mars 2018. Cette fois, la police se rend à Arrah pour la lui signifier, et lui demande par ailleurs de venir en personne proposer la formule par laquelle il compte rembourser monsieur Branger. Point de Kouakou Tanoh jusqu'aujourd'hui.

Toutes nos tentatives pour le joindre afin de recueillir sa version des faits sont restées vaines. Nous lui avons laissé plusieurs messages. Nous avons Aloïs joint son avocat, Maitre Fian Effrem, qui a laissé entendre que « c’est une affaire privée » et qu’il ne parlerait pas « sans l’accord de son client ». 

Source AFRIKIPRESSE

VOUS AIMEREZ AUSSI


Commentaires