Dernières infos
Image

Drogués, des ados gabonais font des crises d’épilepsie en pleine classe

Drogués, des ados gabonais font des crises d’épilepsie en pleine classe | Echo Web Afrique

Connaissez-vous les buveurs de « kobolos » ou les « goudronniers » de Libreville ? Il s’agit d’une nouvelle génération de jeunes délinquants gabonais accros au Tramadol, un antidouleur puissant proche de la morphine. Un lycéen a alerté France 24, inquiet de voir ses amis déscolarisés, reconvertis en voleurs et/ou trafiquants et ses camarades avoir des crises d’épilepsie en classe.

À 250 francs CFA la dose, soit 0,40 euro, elle s’échange dans les cours de récréation ou au fond des salles de classe gabonaises depuis plus de deux ans. Surnommée « kobolo », la nouvelle drogue à la mode de Libreville est un usage détourné de comprimés de Tramadol, un antidouleur puissant à base d’opioïdes utilisé en cas de douleurs extrêmes ou après une opération chirurgicale. Les comprimés sont avalés seuls, ou mélangés à des jus ou de l’alcool.

Le comprimé n’est disponible dans les pharmacies gabonaises que sur ordonnance, et à des dosages plus faibles, 50 mg, contre 220-250 mg au marché noir. Ces fortes doses, ingérées régulièrement, sont très addictives et perturbent le système nerveux. Leurs effets sont par ailleurs décuplés quand elles sont mélangés à de l’alcool.

Cette année, le phénomène a pris une telle ampleur que le gouvernement a décidé d’organiser des campagnes de sensibilisation dans les lycées des grandes villes. L’une des dernières en date s’est tenue au lycée Bessieux, à Libreville.

« Un élève a fait une crise d’épilepsie en plein devoir de maths »

Notre Observateur Lubin Martial, 17 ans, est en première dans cet établissement. Il a alerté la rédaction des Observateurs de France 24 sur un phénomène qu’il juge inquiétant.

JE VOIS SOUVENT DES ÉLÈVES TOMBER D’UN COUP EN CLASSE OU DANS LA COUR, FAIRE DES CRISES D’ÉPILEPSIE. ILS CONVULSENT, TREMBLENT ET BAVENT. C’EST ASSEZ IMPRESSIONNANT. DANS CES CAS-LÀ IL FAUT VITE LEUR METTRE UN BÂTON DANS LA BOUCHE, POUR LES EMPÊCHER DE SE MORDRE LA LANGUE. DERNIÈREMENT C’EST ARRIVÉ À UN ÉLÈVE EN PLEIN DEVOIR DE MATHÉMATIQUES.

Une jeune fille visiblement très mal en point est filmée par un passant à Libreville. Une adolescente se présentant comme son amie explique qu’elle a pris du Tramadol en surdose. Captures d’écran de la vidéo, publiée sur Facebook.

CE PHÉNOMÈNE EXISTE DEPUIS DEUX OU TROIS ANS, MAIS CETTE ANNÉE C’EST PARTICULIÈREMENT GRAVE. ON EN TROUVE TRÈS FACILEMENT DANS LE LYCÉE. UN ÉLÈVE M’A DIT QU’IL EN OBTENAIT PAR SON GRAND FRÈRE QUI TRAVAILLE DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE.

« Ils vendent généralement les comprimés 250 francs CFA pièce (0,40 euros) », explique notre Observateur.

J’AI ESSAYÉ D’EN ACHETER POUR FILMER LA SCÈNE EN CAMÉRA CACHÉE, MAIS C’EST RISQUÉ. LES VENDEURS PEUVENT ÊTRE VIOLENTS. LA SEULE FOIS OÙ J’AI RÉUSSI À FILMER LE TRAFIC DANS LA COUR DU LYCÉE, LE VENDEUR AVAIT DÉJÀ ÉCOULÉ TOUS SES STOCKS. IL ÉTAIT 11H DU MATIN..

VOUS AIMEREZ AUSSI


Commentaires