Dernières infos
Image

Pourquoi a-t-on mal pendant ses règles ?

Pourquoi a-t-on mal pendant ses règles ? | Echo Web Afrique

AUFEMININ- Bien que très courant, le syndrome prémenstruel reste pourtant un grand mystère biologique. Mais des chercheurs ont trouvé une explication ouvrant de nouvelles pistes de traitement.

Elles peuvent varier d'une personne à une autre et se manifester de manière plus ou moins forte mais chez la majorité des femmes (8 sur 10), elles sont bien là, toujours au rendez-vous : les douleurs qui annoncent les règles et se poursuivent parfois jusqu'à la fin des menstruations.

Véritablement handicapantes dans les pires cas tellement elles sont aiguës, elles étaient jusqu'à présent mises, par défaut, sur le dos des hormones et à la desquamation de l'endomètre, faute de recherches véritablement approfondies et donc de résultats.

Mais une étude publiée récemment dans le Journal of Women's Health apporte enfin un élément de réponse à ce mystère. Menée sur 3 302 femmes, elle révèle que ce symptôme du syndrome prémenstruel serait provoqué par des inflammations causées par la présence d'une protéine appelée C-reactive protein (CRP).

Principalement synthétisée par le foie, elle joue un rôle important dans les réactions inflammatoires et a été observée par les chercheurs de l'Université de Californie en grande quantité dans le sang des femmes sujettes aux douleurs importantes.

Habituellement son taux est mesuré pour évaluer les risques de maladies cardiovasculaires, d'infarctus et d’AVC mais jamais sa présence n'avait reliée aux douleurs pendant les règles.

C'est pourtant bien elle qui serait à l'origine de cette inflammation qui entraînerait ensuite crampes aux ventres, douleurs au dos, nausées, etc. "Les résultats suggèrent que l'inflammation jouerait un rôle mécanique dans la plupart des symptômes du PMS, même si des études approfondies sur cette relation doivent encore être menées", conclut l'équipe de scientifiques.

En effet, cette découverte ouvre davantage la voix à de nouvelles recherches pour mieux comprendre les mécanismes de cette protéines mais elle offre également une piste pour des traitements mieux adaptés à ces symptômes. "Il pourrait être utile de recommander aux patientes d’éviter les comportements qui favorisent les inflammations comme le tabagisme. L’utilisation d’agents anti-inflammatoires pourrait par ailleurs se révéler utile contre les symptômes", précisent les auteurs de cette étude.

Du nouveau dans le domaine des règles douloureuses

Outre ces avancées dans la compréhension du mécanisme à l’origine des douleurs menstruelles, il existe un nouveau dispositif utilisant l’électrostimulation pour apaiser ces maux.

Cette technique est déjà bien connue des médecins et kinésithérapeutes qui l’utilisent pour soulager des douleurs dorsales, articulaires ou encore musculaires.

De légères stimulations électriques de haute-fréquence sont envoyées aux nerfs afin de bloquer les messages de douleurs envoyés au cerveau. Cette technologie est pour la première fois mise au service des règles douloureuses ou à l’endométriose grâce à Livia.

Des patchs disposés sur les zones douloureuses (bas du ventre ou du dos) sont reliés à un boîtier qui envoie de légères stimulations électriques.

Livia est un dispositif naturel qui a déjà fait ses preuves (testé cliniquement sur 163 patientes,80% d’entre elles ont rapporté avoir cessé d’utiliser de manière significative ou totale les médicaments). Il s’agit à ce jour du seul procédé non médicamenteux à avoir fait ses preuves cliniquement.

VOUS AIMEREZ AUSSI


Commentaires